Réduction mammaire

Réduction mammaire

Qu’est-ce qu’une réduction mammaire ?

Une réduction mammaire consiste à diminuer le volume des seins chez des femmes dont la qualité de vie est altérée par leur volume mammaire. En dehors des raisons esthétiques propres à chaque patiente, les symptômes amenant à réaliser une réduction mammaire sont les douleurs cervicales, les douleurs dorsales, les douleurs aux épaules sous la bretelle de soutien-gorge, et la gêne lors des activités sportives.

 

 

Quels sont les inconvénients d’une réduction mammaire ?

La réduction mammaire a deux inconvénients :

1/ La nécessité de faire des cicatrices (autour de l’aréole et en « T inversé ») qui s’estompent avec le temps et sont améliorables par une retouche de cicatrice au bout d’un an.

2/ La diminution ou modification de sensibilité des aréoles qui est imprévisible. Dans la majorité des cas, la sensibilité aréolaire revient progressivement en quelques mois mais certaines patientes gardent une sensibilité nettement diminuée.

 

 

Comment évoluent les cicatrices d’une réduction mammaire ?

Dans un premier temps, les cicatrices de réduction mammaire s’estompent jusqu’à la fin du premier mois postopératoire.

Puis, entre la fin du premier mois et le quatrième mois, les cicatrices sont inflammatoires et rouges.

C’est entre le quatrième mois et le douzième mois que la cicatrisation s’éteint progressivement jusqu’à laisser les cicatrices définitives. Si les cicatrices de réduction mammaire ne sont pas satisfaisantes au bout d’un an, il est toujours possible de faire une retouche chirurgicale.

 

 

Comment évolue la sensibilité des aréoles après réduction mammaire ?

La sensibilité aréolaire après réduction mammaire évolue de manière imprévisible, et revient en général progressivement après plusieurs mois.

Elle peut revenir à l’identique ou être diminuée, cependant plus la remontée mammaire est importante, plus le risque de diminution de sensibilité aréolaire est grand.

Il n’existe pas de moyen de prévenir cette diminution de sensibilité.

 

 

Peut-on allaiter après une réduction mammaire ?

La technique de réduction mammaire que je pratique (technique dite du « pédicule supéro interne ») permet de garder une capacité d’allaitement qui sera néanmoins diminuée par rapport à une poitrine non opérée.

 

 

Quelles sont les consignes postopératoires après réduction mammaire ?

Après réduction mammaire, il est conseillé de se reposer quelques jours et d’avoir une alimentation riche en protéines, graisses et sucre lents. Les soins de cicatrices doivent être réalisés précautionneusement jusqu’à cicatrisation complète (lavage à l’eau et au savon dans la douche puis pansement siliconé). Un soutien-gorge de maintien doit-être porté 24 heures sur 24 pendant 1 mois. La reprise des activités professionnelles peut se faire au bout de quelques jours, la reprise des activités sportives peut avoir lieu au bout d’un mois. L’arrêt de travail est environ de 15 jours en fonction de la demande des patientes.

 

 

Quels sont les risques liés au tabac d’une réduction mammaire ?

La réalisation d’une réduction mammaire chez une patiente tabagique expose à des troubles de cicatrisation (élargissement des cicatrices, suintements, douleurs, infections), une perte de la sensibilité aréolaire, et exceptionnellement une nécrose aréolaire. Il est fortement conseillé d’arrêter de fumer quelques semaines avant et 1 mois après l’intervention.

 

 

Quelles sont les critères de prise en charge par l’assurance maladie d’une réduction mammaire ?

Une réduction mammaire est prise en charge par l’assurance maladie à partir d’une réduction de 300 grammes par sein.

 

 

Quel est le tarif d'une réduction mammaire ?

Avec prise en charge de l’assurance maladie : 2800€.