Prothèses mammaires

Prothèses mammaires

Quelle est la philosophie d’une augmentation mammaire par prothèses mammaires ?

L’augmentation mammaire par prothèses mammaires consiste à donner ou redonner un volume attractif, un décolleté dessiné, une poitrine tendue, et une forme mammaire arrondie.

 

 

Quelles sont les différences entre les prothèses mammaires rondes et anatomiques ?

Le choix de la forme des prothèses mammaires est uniquement une question de goût :

-Certaines femmes préfèrent les seins ronds avec un décolleté bombant et sont donc de bonnes candidates à la pose de prothèses mammaires de forme ronde.

-D’autres femmes préfèrent les seins plus en forme de « poire » avec un décolleté plus plat, et sont donc candidates à la pose de prothèses mammaires de forme anatomique.

Il existe 2 cas de figure ou les prothèses mammaires anatomiques ont un réel avantage sur les prothèses rondes :

-Chez les patientes tenant à obtenir un résultat plus naturel avec un décolleté plus longiligne,

-Chez les patientes ayant une légère chute de hauteur de leurs aréoles, l’utilisation de prothèses anatomiques peut éviter une remontée chirurgicale des aréoles avec des cicatrices supplémentaires.

 

 

Quelles sont les différences entre prothèses mammaires lisses, texturées, micro-texturées, macro-texturées ou en polyuréthane ?

Les termes lisse, texturé, micro-texturé, macro-texturé et polyuréthane qualifient l’enveloppe de la prothèse, donc ni la forme, ni le contenu, ni la palpabilité, ni le rendu final.

Les prothèses lisses ont une enveloppe lisse et sont donc plus susceptibles de pouvoir tourner sur elle-même.

Les prothèses texturées ont une enveloppe rugueuse faite de petites (micro-texturées) ou moyennes (macro-texturées) aspérités qui s’accrochent à la paroi de la loge prothétique comme un « velcro », ce qui permet d’éviter les rotations.

Les prothèses en polyuréthane ont une enveloppe qui ressemble à de la « mousse», ce qui permet aussi d’éviter les rotations.

L’intérêt pratique de l’enveloppe des prothèses mammaires est d’éviter la rotation des prothèses anatomiques qui ont un sens de positionnement.

Autrefois, les chirurgiens plasticiens pensaient que les prothèses texturées diminuaient la formation de coque autour des prothèses mais des études récentes ont montré que ce n’était pas le cas.

Depuis 2017, il a été recensée environ une trentaine de cas d'un lymphome très spécifique lié aux prothèses mammaires texturées. La probabilité de survenue de ce lymphome étant extrêmement faible ( moins d' 1 cas pour 10.000), il n'est pas nécessaire de faire changer les implants mammaires texturées ou micro texturées en dehors des cas classiques de changement de prothèse (durée supérieure à 20 ans, coque, malposition, vieillissement du sein).

A l'avenir, l'immense majorité des chirurgiens vont se diriger vers l'utilisation exclusive d'implants lisses devant la crainte des patientes d'être atteintes de ce lymphome spécifique, bien que la probabilité de survenue soit très faible et la guérison obtenue à l'ablation des implants texturés.

 

 

Par quelle voie d’abord mettre des prothèses mammaires ?

Il existe 4 voies d’abord possibles pour insérer des prothèses mammaires, dont une uniquement réservée aux prothèses en sérum physiologique.

 

1/ La voie sous-mammaire, à la jonction entre la peau mammaire et la peau thoracique :

-Elle permet de ne pas traverser la glande mammaire et donc de ne pas l’abîmer,

-Elle permet un très bon contrôle de la taille et de la hauteur de la loge prothétique,

-La cicatrice est très discrète puisqu’elle est située dans le sillon sous-mammaire.

 

 

2/ La voie péri aréolaire, à la jonction entre la peau de l’aréole et la peau du sein :

-Elle nécessite de traverser la glande mammaire pour positionner la prothèse,

-Elle peut engendrer dans de rares cas une modification de la sensibilité des aréoles.

-Elle permet un très bon contrôle de la taille et de la hauteur de la loge prothétique,

-La cicatrice est très discrète puisqu’elle est située à la jonction entre de la peau de 2 couleurs différentes.

 

 

3/ La voie axillaire, par le creux axillaire.

-L’avantage de cette voie est de ne pas faire de cicatrice sur le thorax.

-L’inconvénient est qu’il existe une probabilité non négligeable de remontée des prothèses de quelques millimètres par rapport aux aréoles, ce qui est nettement moins bien esthétiquement, et justifie selon moi de réserver cette voie aux patientes craignant fortement une cicatrice sur le thorax.

 

 

4/ La voie sous mamelonnaire, c’est à dire sous le mamelon (excroissance au centre de l’aréole) à travers l’aréole (peau foncée).

-Cette voie est réservée aux prothèses mammaires en sérum physiologique.

-Elle présente pour avantage d’être très courte (environ 20 millimètres).

-Elle nécessite de traverser la glande mammaire pour positionner la prothèse,

 

 

Où positionner les prothèses mammaires : devant ou derrière le muscle grand pectoral ?

La position pré-pectorale (devant le muscle grand pectoral) ou rétro-pectorale (derrière le muscle grand pectoral) dépend de l’épaisseur de la peau et du tissu sous-cutané du décolleté, et du volume de glande mammaire déjà présent avant la pose de prothèses mammaires:

-Chez une femme mince qui présente un volume mammaire peu développé, la position rétro-pectorale est privilégiée pour masquer les contours supérieurs des prothèses. Néanmoins, la position pré-pectorale est possible à condition de réaliser dans le même temps un transfert de graisse sous la peau du décolleté, ce qui permet de masquer les contours des prothèses mammaires.

-Chez une femme qui présente une bonne épaisseur de peau au niveau du décolleté et un volume mammaire initial suffisant, la position pré-pectorale est tout à fait possible avec pour principal avantage des douleurs postopératoires moins importantes.

 

 

Que signifie le terme prothèses mammaires en « dual plane ou biplan »?

Le terme « dual plane » ou « biplan » a une définition simple : lorsque des prothèses mammaires sont mises en place derrière le muscle grand pectoral, il est possible de séparer le muscle grand pectoral de la partie inférieure de la glande mammaire pour que la partie inférieure de la glande mammaire recouvre mieux la partie inférieure des prothèses mammaires.

Je réalise le « dual plane » quasiment systématiquement puisque je trouve le résultat esthétique final meilleur avec ce geste.

 

 

Comment choisir le volume de prothèses mammaires?

Le choix du volume des prothèses mammaires se décide lors des consultations préopératoires :

-Je pose des questions pour comprendre ce que chaque patiente désire : une augmentation modérée, importante ou très importante.

-Je montre des photographies de patientes opérées ce qui permet à la patiente de choisir le volume qu’elle désire. De plus, les patientes peuvent aussi me montrer des photographies du volume de poitrine qu’elles souhaitent obtenir.

-Je propose de réaliser des essayages aux patientes qui souhaitent visualiser le résultat qu’elles vont obtenir.

Lorsque j’ai compris ce que désire la patiente, je choisis alors les paramètres des prothèses pour atteindre l’objectif souhaité: le volume, le diamètre et la projection des prothèses. En moyenne, 150/200mL correspond au volume d’un bonnet de soutien-gorge.

 

 

Comment choisir la projection des prothèses mammaires ?

La projection des prothèses mammaires correspond à l’avancement de la peau mammaire que va entrainer la mise en place de prothèses mammaires. Plus les prothèses sont projetées, plus les seins seront volumineux et plus la jonction entre la peau du thorax et le décolleté sera marquée.

Le choix de la projection des prothèses mammaires (projection faible, moyenne ou forte) dépend donc du résultat souhaité par chaque patiente.

 

 

Que choisir : prothèses mammaires en silicone ou en sérum physiologique ?

Je conseille fortement l’utilisation de prothèses mammaires contenant du gel de silicone car c’est ce type de prothèse qui permet selon moi d’obtenir le meilleur résultat esthétique.

Néanmoins, les prothèses mammaires en sérum physiologique ont plusieurs avantages:

-En cas de perforation c’est bien du sérum physiologique stérile qui se déversera dans la loge de la prothèse et qui sera absorbé par le corps sans aucun danger.

-Pour insérer les prothèses en sérum physiologique, la cicatrice est quasiment invisible car elle mesure 2cm de long et se trouve au sein de l’aréole. En effet, les prothèses en sérum physiologique sont remplies de sérum physiologique lorsqu’elles sont déjà mises en place.

 

 

Quels sont les désavantages des prothèses en sérum physiologique ?

-Les prothèses en sérum physiologique ont une palpabilité que le chirurgien ne peut pas choisir comme avec les prothèses en silicone.

-La cicatrice étant plus petite, la réalisation de la partie inférieure de la loge prothétique est moins précise et ne permet pas de garantir une bonne descente de la prothèse dans le pôle inférieur du sein.

 

 

Comment sont les douleurs après pose de prothèses mammaires ?

La douleur postopératoire varie en fonction des patientes et ce que l’on peut dire est qu’elle diminue progressivement pour devenir une « gêne » à partir du 5ème jour. Néanmoins, les médicaments antalgiques sont nécessaires et doivent être pris systématiquement les premiers jours pour permettre de bien se reposer et de bien cicatriser pendant les premiers jours.

La technique chirurgicale pré-pectorale (prothèses mammaires mises en place devant le muscle grand pectoral) est moins douloureuse que la technique rétro-pectorale (prothèses mammaires mises en place derrière le muscle grand pectoral) car le muscle n’est pas soulevé et permet une récupération plus rapide.

 

 

Quelles sont les consignes postopératoires après pose de prothèses mammaires ?

Après pose de prothèses mammaires, les principales consignes sont : douche et pansement quotidien après la douche, soutien-gorge de contention 24h/24h pendant 1 mois (sauf dans la douche et quand le soutien-gorge est lavé), soutien-gorge de contention pendant les activités sportives pendant les 3 premiers mois, repos sans travail pendant environ 7 jours, reprise de la conduite possible avec le soutien-gorge de contention dès que les douleurs s’estompent, contrôles postopératoires à J-7 et J-21 puis au 3ème mois et au bout d’un an.

Le massage des cicatrices avec une crème cicatrisante (par exemple Cicalfate Avène©, Cicaplast La Roche Posay©, Cicabio Bioderma©) ne peut-être débuté qu’une fois la cicatrisation cutanée bien étanche (au bout d’un mois en moyenne).

Une alimentation saine (légumes, fruits, sucres lents, protéines animales et végétales) et les compléments alimentaires (par exemple D-Lab nutricosmetics©) permettent d’améliorer la vitesse et la force de cicatrisation.

L’arrêt du tabac est formellement recommandé pour éviter la survenue de troubles de cicatrisation et d’infections.

 

 

Comment évolue la cicatrice après la pose de prothèses mammaires ?

La cicatrice après pose de prothèses mammaires évolue en 3 phases :

-le premier mois, la cicatrice s’estompe et se ferme complètement.

-entre la fin du premier mois et le 4ème mois, la cicatrisation est intense et inflammatoire. C’est à cette période que la cicatrice est le plus visible.

-entre la fin du 3ème mois et le 12ème mois, la cicatrisation diminue d’intensité jusqu’à s’éteindre. C’est au bout du 12ème mois que l’on peut juger la qualité esthétique d’une cicatrice. Si la cicatrice n’est pas suffisamment discrète, il est possible de faire une retouche superficielle afin de l’améliorer.

 

 

Comment évolue la poitrine après la pose de prothèses mammaires ?

Les premiers jours après la pose de prothèses mammaires, la poitrine est dure, tendue et œdémateuse (c’est-à-dire gonflée par de l’eau qui infiltre le tissu mammaire). Deux paramètres du résultat initial vont se modifier progressivement : l’œdème va s’estomper au bout de 3 mois ce qui va entrainer une légère diminution du volume de la poitrine et la peau mammaire va se détendre ce qui permettra à la poitrine d’être plus souple et plus mobile.

 

 

Quelles sont les inconvénients de la pose de prothèses mammaires ?

La pose de prothèses mammaires entraine 3 inconvénients qui doivent être acceptés avant l’intervention :

1/ La nécessité de faire une petite cicatrice pour insérer les prothèses,

2/ La nécessité de changer les prothèses tous les 15 ans environ,

3/ Le risque, bien que très faible, de faire un rejet des prothèses mammaires, c'est à dire de faire une coque.  Une coque est une membrane autour des prothèses mammaires qui au lieu de rester fine et souple, s'épaissit et se durcit pouvant donnner une gène, un sein plus dur voire des douleurs et un changement de la forme des seins. Une coque peut avoir plusieurs stades (rejet faible, modéré ou fort) et nécessiter parfois une intervention chirurgicale. Néanmoins, au bout de 2 rejets consécutifs, il est quasiment nécessaire de retirer définitivement les prothèses mammaires et de réparer le sein avec les procédés classiques de chirurgie plastique comme le transfert de graisse et/ou la cure de ptose.

 

 

Quels sont les risques liés au tabac après pose de prothèses mammaires ?

Après pose de prothèses mammaires chez les patientes fumeuses :

1/ Les cicatrices sont plus inflammatoires et suintantes, avec un risque non négligeable de défaut persistant de cicatrisation,

2/ Les seins sont plus sensibles et plus douloureux,

3/ Les taux d’infection et de rejet, bien que très faibles, sont plus importants.

Ma pratique personnelle me donne l’impression que l’utilisation exclusive de la cigarette électronique permet aux patientes fumeuses d’avoir des suites opératoires identiques aux patientes non fumeuses. Cette constatation personnelle ne repose sur aucune preuve scientifique.

 

 

Peut-on allaiter après pose de prothèses mammaires ?

Après pose de prothèses mammaires par une voie d’abord sous-mammaire ou axillaire, il n’y a aucune altération théorique des possibilités d’allaitement. En revanche, les voies d’abord péri-aréolaire et sous-mamelonnaire entraine la section d’une partie des canaux galactophores, ce qui entraine une diminution théorique des capacités d’allaitement.

 

 

Peut-on se faire poser des prothèses mammaires sans anesthésie générale ?

Chez des patientes qui refusent l’anesthésie générale, et qui sont de bonnes candidates à la pose de prothèses mammaires pré-pectorales (peau, tissu sous cutané et glande mammaire suffisants), il est possible de poser des prothèses mammaires pré-pectorales sans anesthésie générale.

 

 

Comment évolue la sensibilité aréolaire après pose de prothèses mammaires ?

Dans l’immense majorité des cas, il n’y a pas de modification de la sensibilité et du caractère érogène des aréoles après pose de prothèses mammaires. Néanmoins, dans de rares cas notamment par la voie d’abord péri-aréolaire, il peut y avoir une modification ou une diminution de la sensibilité aréolaire.

 

 

Quelle est la durée de vie des prothèses mammaires ?

Il faut absolument se faire changer ses prothèses mammaires avant d’atteindre 20 ans car au bout de 15/20 ans, le tissu autour des prothèses est extrêmement altéré et nécessite d’être nettoyé intensément.

Au bout de 10/15 ans, le changement de prothèses mammaires permet d’améliorer la qualité esthétique de la poitrine si la peau et le tissu mammaires se sont modifiés et ne correspondent plus parfaitement avec les prothèses mammaires.

 

 

Est-ce que les prothèses mammaires augmentent le risque de cancer du sein ?

Non, les prothèses mammaires n’augmentent pas le risque de cancer du sein.

Néanmoins, toute modification ou apparition d’un symptôme au niveau du sein doit entrainer une consultation pour éventuellement faire pratiquer des examens complémentaires.

 

 

Quels sont les critères de prise en charge des prothèses mammaires par l’assurance maladie ?

L’assurance maladie prend en charge une partie importante des frais médicaux liés aux prothèses mammaires dans les cas suivants :

1/ Hypoplasie mammaire ne remplissant pas un bonnet A,

2/ Asymétrie mammaire supérieure à un bonnet,

3/ Malformation mammaire de type seins tubéreux.

Si une patiente désire une augmentation mammaire et l’un de ces critères est présent, je remplis une demande d’entente préalable qui entrainera une étude de dossier par l’assurance maladie avec souvent examen clinique par un médecin conseil de l’assurance maladie.

 

 

Quels sont les tarifs des prothèses mammaires ?

Avec accord de l’assurance maladie : entre 0 (malformation sévère) et 1800€ (hypoplasie seule).

Sans prise en charge par l’assurance maladie : 4800€.